Mad Men

The end of psychology

“Don’t hello Daddy me”

La défiance de Draper à l’égard de la psychologie, enfin de la psychanalyse ne cesse de surprendre. Don est un conservateur créatif, il pense le nouveau en arrière.

Son rapport aux femmes est son seul objet de surprise mais il est  d’ordre individuel. Des qu’il passe au collectif, il retourne à son schéma. Draper est un homme de son temps et pourtant sa tirade sur la nostalgie l’inscrit dans un temps tragique, celui du cycle. Temps conforme à la pensée antique qui fut aussi celle des religions - par récupération- celle du rite.

Mais pas de rite chez Don, il est absolument moderne et tient le pas gagné. Pourquoi? Car il profite de sa double identité ou plutôt de son absence d’identité. N’étant l’autre de personne, il peut être le miroir de tous. Un vrai publicitaire. Pas de conviction mais l’intuition de l’autre perçu dans la généralité de ses désirs. Ce que veulent les femmes, mais aussi les fumeurs. Ce qui compte ce n’est pas l’évidence mais la fulgurance de dire le premier: “It’s toasted”. Don est  un maniaque du premier mot.

“If you don’t like what’s being said, change the conversation.” Ce changement de paradigme est la signature de Draper. Plutôt que de penser hors de la boite, il préfère s’en faire l’arète. En s’imaginant ce que sa cible ignore d’elle même. En cela, Draper est sociologue mais dans la dimension de sa fonction. D’où son absence apparente de moralité. Il donne à ceux qui l’embauche, les femmes aussi, non ce qu’elles veulent entendre, mais ce qu’elles ont besoin d’entendre.

Et quand elles le savent, il les quitte. Pour susciter le désir à nouveau, car il faut bien vivre quand on vit de satisfaire des besoins qui n’existent pas.

Le Docteur Miller, appelons-la Fay, elle est tellement séduisante est la maturité de la femme que don refuse, celle qui menace de le réconcilier avec lui-même et de rompre du coup la source de sa créativité: le schisme entre lui et lui même.

Son double instinctif n’est pas comme on pourrait le croire Peggy, l’aspirante copywriter mais Joan,la secrétaire émancipée qui assume le regard des hommes et sait ce qu’il faut faire.

Pourquoi Draper n’aime-t-il pas les femmes? Parce qu’elles sont plurielles, naturellement.